TABLE DE CONCERTATION SUR LES INVESTISSEMENTS AGRICOLES AU SÉNÉGAL



Les acteurs proposent un modèle pour chaque région

Le Programme d’Accompagnement des Initiatives Citoyennes de la Société Civile
(PAISC), financé par l’Union européenne (UE) en partenariat avec l’Initiative Prospective
Agricole et Rurale (IPAR), a organisé, à Dakar, une table de concertation sur le thème :
«investissements agricoles au Sénégal, moteurs de la lutte contre la pauvreté, l’exode
rural et la migration des jeunes.»
Revenant sur l’importance de ladite rencontre, le coordonnateur du PAISC, Cheikh
Tidiane Ly, a indiqué qu’une production scientifique a été réalisée dans le cadre de ce
partenariat, autour des investissements agricoles pour servir de base de travail, d’échange
aux différents acteurs dans l’optique de l’amélioration des politiques publiques. Convaincu
que le dialogue ne peut être que bénéfique pour l’élaboration, la mise en œuvre et
l’amélioration des ces dernières, M. Ly a souligné que deux tables de concertation du
genre ont été organisées à Dakar en 2016 et à Kaolack en mars 2018 sur les subventions
agricoles.
Pour Mme Seynabou Diouf de la Direction de l’agriculture, bras technique du Ministère de
l’Agriculture, cette initiative est à saluer. «C’est important de se concerter autour de ce
thème. Parce que nous sommes dans un processus important, d’élaboration des
programmes nationaux d’investissements agricoles pour la sécurité alimentaire et la
nutrition en Afrique (PNASA), où on ne parle que d’investissement. L’Etat a consenti de
gros investissements dans les subventions, dans l’acquisition du matériel agricole, dans la
subvention des prix etc. Ces investissements sont rentables. Une rentabilité qui est
perceptibles sur la part de l’agriculture sur le PIB (Produit intérieur brut)», a déclaré
Mme Seynabou Diouf tout en réaffirmant l’ouverture du Ministère de l’Agriculture, qui est
très attentif à la contribution de la société civile dans la préparation et la mise en œuvre des
politiques publiques du secteur. La représentante de la Direction de l’agriculture n’a pas
manqué de remercier, au nom de son département et du Sénégal, l’Union Européenne
(UE).
Cette rencontre qui avait pour objectif de créer un cadre de dialogue sur les
investissements agricoles au Sénégal entre l’Etat, à travers les Ministères de l’Agriculture
et des Finances, les parlementaires, les élus locaux, les producteurs, la société civile et le
secteur privé a répondu aux attentes des initiateurs. Suite à un débat de haut niveau auquel,
la Direction de l’agriculture, le CNCR (Conseil National de Concertation et de
Coopération des Ruraux) et les producteurs ont apportés des contributions très relevées,
l’épineuse question de la forte dépendance du financement de l’agriculture sénégalaise des
ressources extérieures, la traçabilité des subventions agricoles et l’inégale répartition des
fonds selon les zones géographiques de production, les sous-secteurs et les différents
postes budgétaires, ont été au cœur des échanges. Toutefois, la principale recommandation
des participants a porté sur la pertinence de modéliser les investissements agricoles, en
fonction des spécificités et des besoins de chaque région.
«Pour chaque terroir, il va falloir imaginer un modèle d’investissement qui permet
d’équilibrer la pratique de l’agriculture dans les terroirs afin de redynamiser l’économie
locale et en même temps donner aux jeunes la chance de bénéficier des emplois directs et
indirects (...) Il faut voir quel modèle d’agriculture financer dans tout le pays en fonction

des potentialités de chaque région. Il faut que l’investissement soit rééquilibré pour coller
à la politique de territorialisation et de pôles de développement», a soutenu le
coordonnateur technique du Cadre national de concertation des ruraux (CNCR), Marius
Dia, en marge de la rencontre.
Dans cette même veine, le directeur de recherche de l’Initiative prospective agricole rurale
(IPAR), Ibrahima Athie a expliqué que «dans le cadre de la recherche, il est constaté que
le niveau d’investissement a un impact direct sur les populations, sur le niveau de
pauvreté et la migration. Il est réconfortant de voir que le niveau des investissements
publics est assez élevé, mais il y a encore des ef orts à faire». Pour M. Athie, «Ce qui est
plus important c’est de voir comment faire pour que le secteur privé puisse investir
davantage en mettant les incitations nécessaires. Il s’agit également de réfléchir sur la
couverture des risques par l’assurance à la production agricole afin de faire que les
incitations en termes de fiscalité puissent permettre aux producteurs et aux
transformateurs d’investir davantage pour venir en appoint complément aux ef orts de
l’Etat.»

 

Vidéothèque

Atelier de restitution finale de l’étude sur les sources actuelles et potentielles de financement

L’atelier de restitution de l’Étude sur les sources actuelles et potentielles de financement des OSC
en vue de recommander des stratégies de financement pérenne de leurs activités a été organisé le lundi 17
septembre aux Résidences Mamoune à Dakar. Il a réuni plus d’une quarantaine de participants issus
principalement du monde des organisations de la société civile (OSC). L’agenda de l’atelier était ainsi
structuré : LIRE LA SUITE    

Réunion d'information sur l'appel à propositions

Le 19 décembre 2016 le PAISC a organisé au Radison Blu, une session d’information sur les lignes directrices d’un nouvel à propositions intitulé : « Améliorer la contribution des Organisations de la société civile à la transparence budgétaire des politiques publiques et au contrôle citoyen (secteur de l’eau et de l’assainissement) ». Lire la suite..

Atelier de validation du rapport provisoire final de l’étude sur l’offre de formation



CLIQUEZ ICI POUR TELECHARGER LE RAPPORT FINAL

L’atelier de validation du rapport d’étude portant sur l’offre de formation pour les organisations de la société civile a connu une forte participation d’acteurs divers venus tant de Dakar que des régions reculées telles que celles de Saint Louis, Kaolack, Tambacounda et Ziguinchor. Lire la suite...

TABLE DE CONCERTATION SUR LES INVESTISSEMENTS AGRICOLES AU SÉNÉGAL



Les acteurs proposent un modèle pour chaque région

Le Programme d’Accompagnement des Initiatives Citoyennes de la Société Civile
(PAISC), financé par l’Union européenne (UE) en partenariat avec l’Initiative Prospective
Agricole et Rurale (IPAR), a organisé, à Dakar, une table de concertation sur le thème :
«investissements agricoles au Sénégal, moteurs de la lutte contre la pauvreté, l’exode
rural et la migration des jeunes.» LIRE LA SUITE

APPEL A PROPOSITION

TABLE DE CONCERTATION

Les perspectives d’amélioration des pratiques de subventions agricoles